Accès aux soins ambulatoires de santé mentale

Selon les estimations, au moins un Belge sur quatre est confronté à des problèmes de santé mentale à un moment donné de sa vie. Il est donc nécessaire que nous disposions de soins de santé mentale solides. La pandémie de coronavirus nous l’a d’ailleurs rappelé douloureusement.

La première étape consiste à parler de vos problèmes mentaux avec une personne de votre entourage. Ce n'est pas toujours une démarche facile, mais il est très important de le faire. Votre médecin généraliste, votre famille, vos amis, les personnes en qui vous avez confiance à l'école, au travail, au sein des associations... peuvent vous apporter plus que vous ne le pensez !

Néanmoins, parfois, votre réseau personnel ne suffit pas et vous devez faire appel à l'offre professionnelle de soins. Il n'est pas toujours facile de s'orienter rapidement et à temps vers les soins appropriés. Des raisons pratiques et financières peuvent vous empêcher de franchir le pas vers les soins ambulatoires de santé mentale.
 
Ces dernières années, les autorités et les réseaux de soins ambulatoires en santé mentale ont joint leurs forces par le biais de diverses conventions afin de rendre l'offre de soins la plus accessible possible à tous ceux qui en ont besoin.
 
Cette offre permet à toute personne présentant des problèmes psychologiques légers à modérés de bénéficier d'une série de séances individuelles ou de groupe proposées à un prix accessible, tant dans le cadre des soins de première ligne (accessibles sans orientation préalable) que dans celui des soins psychologiques spécialisés.
 
  • Les soins psychologiques de première ligne : consultations psychologiques de courte durée qui contribuent à maintenir ou à retrouver un bien-être psychique général. Elles sont particulièrement indiquées dès que vous ressentez une fragilité ou une difficulté qui impacte votre bien-être psychique.
  • Les soins psychologiques spécialisés s'adressent aux personnes qui nécessitent une prise en charge plus spécifique ou plus intense en raison de problèmes psychiques plus importants.
 
Il existe deux types d’offres. Une séance auprès d’un psychologue ou orthopédagogue clinicien conventionné à un réseau est légalement remboursable. Vous pouvez y avoir recours quel que soit votre âge si vous êtes confrontés à des problèmes psychologiques légers à modérés, tant pour ceux qui ont besoin d'un soutien pour se remettre sur pied/gérer leurs problèmes que pour ceux qui ont besoin d'un traitement plus spécialisé.. Le cas échéant, le psychologue travaille avec d’autres prestataires de soins de santé.
 
Le nombre et le type de séances auxquelles vous pouvez participer dépend de votre demande et vos besoins.
 
Afin de garantir une offre adaptée aux personnes âgées de 15 à 23 ans, celles-ci peuvent choisir leur réseau de prise en charge (enfants/jeunes ou adultes) en fonction de leurs besoins. Les conditions ne sont toutefois pas cumulatives.
 
 
Prix :
 
Le patient paie :
- 0 euro pour la première séance
- 11 euros ou 4 euros (si vous avez droit à l’intervention majorée)
- 2,5 euros par séance de groupe


Liste des réseaux

Vous pouvez consulter la liste des psychologues et des orthopédagogues conventionnés sur le site web du réseau de santé mentale de votre région ou demandez à votre mutuelle de vous aider.
Contacter un réseau pour les enfants et adolescents (jusqu’à l’âge de 23 ans)
Contacter un réseau pour les adultes (à partir de 15 ans)
 
Vous trouverez ici plus d’informations sur les soins psychologiques dans la première ligne:
Soins psychologiques de première ligne ou spécialisés dans un réseau de santé mentale - INAMI (fgov.be)
 
L’offre de cette convention s’inscrit en complémentarité à d’autres initiatives existantes impliquant des prestataires de soins de santé et des services qui proposent des consultations psychologiques comme les centres de planning familial, les services de santé mentale …

Au delà de cela, il y a aussi l'offre régulière de psychologues qui travaillent selon leurs propres tarifs. A noter que la plupart des mutualités interviennent en partie via leur assurance complémentaire. Le remboursement varie d'une mutualité à une autre.